comment divorcer en cote d’ivoire

Comment divorcer en cote d’ivoire ? Découvrons tout cela dans les lignes suivantes.

Le divorce peut être une décision difficile. Toutefois pour certains, c’est le seul moyen de mettre fin à une relation brisée. En Côte d’Ivoire, c’est la loi n°98-748 du 23 Décembre 1998 sur le divorce et la séparation de corps qui régit le divorce. Il existe deux types de divorces : le divorce pour faute ou divorce sanction et le divorce par consentement mutuel.

Vous allez découvrir dans cet article des informations détaillées sur les démarches à suivre afin d’obtenir un divorce en Côte d’Ivoire. Mieux vous aurez des informations dont vous avez besoin pour prendre les meilleures décisions pour vous et votre famille.

comment divorcer en cote d'ivoire

I-Les étapes juridiques pour divorcer en Côte d’Ivoire


En Côte d’Ivoire, le divorce est régi par la loi ivoirienne. Il existe deux types de divorce : le divorce pour faute ou divorce sanction et le divorce par consentement mutuel

1-comment divorcer en cote d’ivoire par consentement mutuel

Le divorce à l’amiable, comme son nom l’indique, est de la volonté conjointe des époux. Les époux n’ont pas à dire au juge pourquoi ils veulent se séparer, mais le consentement de chaque époux doit être honnête, libre et permanent. Une action en divorce consensuel peut être intentée par l’un des époux, par deux époux agissant conjointement, ou par leurs avocats respectifs ou choisis d’un commun accord sur demande. Le mariage doit avoir duré au moins deux ans pour qu’une demande de divorce incontestée soit accordée.

2-comment divorcer en cote d’ivoire par faute ou sanction

Comme son nom l’indique, un divorce fondé sur la négligence ne s’applique que lorsque l’un ou les deux conjoints sont fautifs. Elle dépend de conditions matérielles et formelles. Au niveau des conditions de fond, l’article 1 de la loi sur le divorce et la séparation de corps stipule les conditions de fond suivantes :

  • L’adultère
  • Les excès, sévices ou injures graves.
  • Condamnation du conjoint pour des faits portant atteinte à l’honneur.
  • Abandon de famille ou de domicile conjugal.

De plus, il convient de préciser que l’existence de l’un quelconque de ces motifs de divorce n’entraîne pas automatiquement une déclaration de divorce, et que ces faits doivent « rendre intolérable le maintien du lien conjugal ».
Formellement, après que l’époux du demandeur a saisi le tribunal compétent, une procédure de médiation a lieu devant un tribunal (non ouvert au public) pour réconcilier les époux en l’absence d’avocat. Ensuite, si les époux ne se réconcilient pas, la phase de jugement commence. Il faut mentionner que le divorce par faute ou sanction est plus complexe et plus long qu’un divorce consensuel. Aussi les conséquences peuvent-elles être plus graves. Cela peut affecter la garde des enfants et le partage des biens.

Il est important de noter que les deux types de divorce peuvent impliquer des procédures d’aide financière aux enfants et au conjoint. Il faut donc consulter un avocat pour obtenir des conseils juridiques et la représentation de vos intérêts dans la procédure de divorce.

II-Quelle est la durée et le coût d’une procédure de divorce ?


En pratique, la durée de la procédure de divorce en première instance varie. Elle part de quatre mois à au moins un an, selon que le divorce est consenti ou par défaut. Dans le processus d’appel, les parties n’ont pas subi de tentative de médiation obligatoire au préalable, de sorte que le processus est plus rapide et peut prendre jusqu’à six mois.

Les frais de procédure de divorce varient d’un avocat à l’autre. La négociation est possible entre avocats et clients. Cependant, en général, les honoraires de l’avocat varient entre 300 000 F CFA et 1 200 000 F CFA. Et cela selon la diligence de l’avocat, le tarif horaire, la complexité du dossier, etc.

Toutefois, les conjoints qui ne peuvent s’offrir les services d’un avocat peuvent demander l’aide juridictionnelle aux autorités compétentes. L’aide juridictionnelle vous donne accès aux services d’un avocat sans payer d’honoraires, de frais de justice ou de frais d’exécution.

III-Foire aux questions sur comment divorcer en Côte d’Ivoire


1-Le juge a t-il l’obligation de toujours prononcer le divorce quand on le saisit

Les juges ont la souveraineté évaluative pour déclarer le divorce. Dans le cas du divorce pour faute, il peut soit rejeter la demande ( les époux restent donc mariés et l’autorité de la chose jugée empêche les époux de demander le divorce à nouveau pour les mêmes faits) soit prononcer le divorce ( dans le cas du divorce pour faute, le divorce sera prononcé soit aux torts exclusifs de l’un des époux soit aux torts partagés des époux).
Dans un divorce consensuel, le juge peut retirer la requête (si le conjoint renonce au projet de divorce) ou prononcer le divorce.

2-Comment se fait la preuve en matière de divorce pour faute

Le demandeur porte le fardeau de la preuve en cas de conclusion de négligence. L’article 10 de la loi sur le divorce et la séparation de corps prévoit la liberté de preuve. Néanmoins, selon la doctrine du « Nemo auditur », le demandeur ne peut pas invoquer sa propre faute pour demander le divorce. Par exemple, une femme ne peut pas demander le divorce parce qu’elle a trompé son mari.

3-Quelle est la différence entre le divorce et la séparation de corps ?

La séparation légale est une décision légale qui relâche simplement les liens du mariage, mais ne dissout pas le mariage. Il existe peu de différences procédurales entre le divorce et la séparation de corps. Les motifs de séparation de corps sont exactement les mêmes que les motifs de divorce. La seule différence entre les deux institutions est le niveau d’influence.

  • Effets personnels : la séparation de corps met fin aux différents droits et devoirs résultant du mariage (devoir de cohabitation, devoir d’assistance). Seul subsiste le devoir de fidélité.
  • Effets pécuniaires : la séparation de corps laisse subsister également le devoir de secours.

Si l’un des conjoints séparés est dans le besoin, l’autre doit payer une pension alimentaire. Peu importe que la séparation de corps ait été prononcée aux torts de l’époux dans le besoin.

Autre effet pécuniaire spécifique :
La séparation des biens matrimoniaux signifie la séparation des biens des époux qui ont toujours la propriété commune.
Une séparation de corps peut se transformer en divorce. Voir article 1(34) du Code civil, loi n° 64-376 du 10/07/64.

4-Quels sont les effets du divorce ?

Le divorce affecte les conjoints et affecte les enfants des conjoints (le cas échéant). Pour les époux, le divorce affecte les relations personnelles (droit au remariage, cessation des droits et obligations attachés au mariage, perte fondamentale du nom du mari par l’ex-épouse) et les circonstances économiques (dissolution du mariage, paiements). entretien de temps en temps).
S’agissant des enfants, le divorce a à la fois des effets personnels (confiance par un juge d’un enfant mineur, exercice de l’autorité parentale) et des effets patrimoniaux (obligation alimentaire, gestion des biens du mineur). .

IV-Sources d’informations sur comment divorcer en cote d’ivoire

https://servicepublic.gouv.ci/

https://loidici.biz/

https://www.ivoire-juriste.com/

Tout sur le droit ivoirien

Derniers articles

Partager
Partagez votre amour
Wassedo Stephane Tan
Wassedo Stephane Tan
Articles: 168